Les antennes des collemboles adoptent des formes variées comme le montrent les images en fin d’article, mais comme pour d’autres organes leur constitution, quelles que soient les familles, possèdent des caractères voisins ou similaires (entre autres quatre segments). Elles sont particulièrement bien dotées en structures sensorielles afin de capter la présence de substances chimiques dans l’air des substances chimiques ou au sol, lorsque l’animal se déplace tout en tapotant le substrat avec ses antennes. (Ci-contre, image montrant deux articles de l’antenne d’un Symphypléone, vus au microscope électronique)1.

Les antennes sont dotées de soies ordinaires qui détectent les vibrations et déplacements d’air mais également de soies chimio-sensibles. Tous les collemboles, à l’exception d’une seule espèce évoluant dans des grottes asiatiques (Gulgastrirunae) possèdent un complexe sensoriel sur le troisième segment antennaire composé d’un minimum de deux sensilles. Ces sensilles protégées par des soies sont recouvertes de minuscules pores dont la taille est voisine de 5 nanomètres (ci-dessous antenne d’un protaphorura sp.)2

Ci-dessous3, exemple d’antennes :

Poduromorphes: (de gauche à droite) - Kalaphorura burmeisteri, Neanura muscorum, vitronura giselae.

Symphypléones:(de gauche à droite) - Dicyrtomina ornata, Sminthurides malmgreni , Allacma fusca.

Arthropléones :( de gauche à droite) - Isotomurus plumosus, Tomocerus minor, Orchesella villosa.

 

Remarque : Un grand nombre de collemboles possède un organe post-antennaire situé juste derrière la base des antennes et disposé symétriquement (voir illustration)4. La forme et l’apparence de cet organe varient sensiblement selon les familles mais sa structure interne est la même au sein d’une famille donnée. L’organe post-antennaire est constitué d’un système de pores de taille infime (entre 5 et 10 nanomètres) organisés sur une unique cellule sensorielle dotée de deux segment ciliaires externes ramifiés. Ils ont une fonction olfactive et jouent très probablement le rôle de sonde thermique et hygrométrique.

 

 

1 : Image issue de "Le petit collembole illustré" (ouvrage épuisé) – Jean-Marc Thibaud. Edition Arvernsis (2010)
2 : Illustration adaptée d’après "Biology of the Sprintails" . S.P. Hopkin, d’après « Atlas of the biology of soil arthropods » - G.Eisenbeis et W.Richard (1985)
3 : Photos par Philippe Garcelon.
4 : Montage effectué d’après images d’un archisotoma sp. Par R.Jordan et E.Baquero.